Que préférez-vous : réprimer votre colère ou en régler les causes ?

Colère, tuer

Méfaits de la colère

Je vous propose deux réponses :

  1. Celle de Dr. Joyce Brothers relevée sur lesbeauxproverbes.com « La colère réprimée peut empoisonner une relation autant que les mots les plus cruels »
  2. Celle de Jésus le Christ : « Eh bien ! moi je vous dis : Quiconque se fâche contre son frère en répondra au tribunal ; mais s’il dit à son frère : Crétin ! il en répondra au Sanhédrin ; et s’il lui dit : Renégat ! il en répondra dans la géhenne de feu » (Matthieu 5, 22).

L’enseignement de Jésus le Christ est l’une des expressions de l’accomplissement du cinquième commandement de Dieu « Tu ne tueras point ».

Est-ce que leurs réponses vous conviennent ? À moi, oui. Cela étant, je comprends parfaitement qu’il est parfois difficile de trouver des mots qui ne sont pas cruels lorsque la colère est vraiment grande. Dans ces moments-là, prenons-le temps de respirer et de prendre du recul, pour nous donner l’occasion de sentir l’esprit de Dieu nous inspirer.

Si malgré nos efforts, nous ne trouvons pas les mots appropriés et le cadre adéquat pour discuter, souvenons-nous que la médiation d’un tiers impartial, indépendant et neutre peut aider.

Vous voyez bien qu’entre la colère réprimée et les mots cruels, il y a bien une autre voie.

Si vous avez des questions à poser, vous pouvez m’envoyer un message, ci-dessous. Vous pouvez aussi commenter à loisir, ci-dessous. Je vous répondrai avec plaisir.

Vous pouvez partager aussi l’article notamment au moyen de l’une des icônes situées ci-après ou avant le début de l’article, et je vous en remercie par avance.

Cotonou, le 24 septembre 2017

Elvire VIGNON, Avocate honoraire, Arbitre et Médiatrice

Mots-clefs : , , , ,

À propos Elvire VIGNON

Je vous aide à passer du conflit à la paix pour des affaires prospères par la convivialité, la confidentialité et la maîtrise des risques, dans le règlement de vos contentieux. Ces qualités vous sont offertes dans l’arbitrage et la médiation, processus faciles à mettre en œuvre. Vous pouvez vous accorder avec votre partenaire, pour cela, soit avant même la naissance du litige soit après la naissance du litige même lorsqu'une juridiction étatique a déjà été saisie. Le coût du processus, supporté à parts égales entre vous et votre partenaire, au début, vous met ainsi d'emblée sur le même pied d'égalité et renforce la qualité d'impartialité du médiateur ou de l'arbitre.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus