Le jeu de marelle: vous vous souvenez? vous connaissez?

Jeu de marelle, plan église

Jeu de marelle – Plan église

C’est samedi et demain sera dimanche. Le jeu de marelle est un bon moyen pour détacher les enfants de leurs smartphones et de leurs tablettes, pendant le week-end. Ce jeu permet aux enfants d’apprendre non seulement à compter mais à garder l’équilibre. Ce jeu se déroule « entre terre et ciel ». Quel symbole? Quel symbolisme ? Quelle est l’histoire du jeu ? J’ai mis à côté du dessin du jeu, le plan d’une église catholique. Remue-méninge assuré. Bon courage.

Pour la suite, je me suis servie des renseignements disponibles sur http://www.regles-jeux-plein-air.com/regle-de-la-marelle/

Pour jouer à la marelle, il vous faut :

-         un morceau de craie pour tracer le dessin ou un bâton si vous jouez dans le sable ;

-         un caillou ou pierre plate ou palet, par joueur ;

-         tracer le dessin (ci-dessus) qui servira de plateau de jeu en plein air.

Règle du jeu

Pour commencer, chaque joueur se place sur la case « terre ». Le premier joueur doit lancer le caillou dans la case 1. Si le lancer est réussi, il peut alors débuter le parcours. Pour ce faire, il doit sauter à cloche-pied par-dessus la case 1 pour atterrir dans la case 2. Ensuite, il faut passer à cloche-pied dans les cases 2 et 3.  Quand le joueur arrive aux cases doubles, il doit poser un pied dans chaque case et ce en même temps (pied gauche en case 4 et pied droit en case 5). Pour le 6, il repart à cloche-pied et pour les cases 7 et 8 il répète la même opération que pour les 4 et 5 (c’est-à-dire pied gauche en case 7 et pied droit en case 8).

Une fois sur les cases 7 et 8, le parcours aller est terminé, le joueur doit sauter et faire volte-face pour entamer le retour. Le retour se fait selon le même procédé expliqué au-dessus, jusqu’à la case 2. Arrivé là, le joueur doit se pencher sur une jambe et ramasser son caillou situé sur la case 1. Il saute alors par-dessus la case 1 et reviens donc à sa position de départ (case « terre »).

Si le joueur réussit le parcours sans faute, il recommence le procédé en jetant cette fois son caillou sur la case 2. Il devra donc commencer à cloche-pied sur la case 1 et sauter par-dessus la case 2. Au retour il ramassera donc son caillou de la case 3.

Ainsi de suite, jusqu’à ce qu’un des joueurs atteigne la case 8 avec son caillou. Pour gagner, le joueur doit lancer son caillou sur la case « ciel » et refaire une dernière fois le parcours aller-retour.

Attention !

Le joueur ne doit pas marcher sur les traits des cases où il s’arrête et ne doit pas poser les deux pieds par terre sauf dans les cases doubles (4-5 et 7-8). Sinon, il devra passer son tour et recommencer le parcours depuis la case « terre ». Par exemple, si le joueur a son caillou en case 3 et qu’il pose ses deux pieds en case 6 alors qu’il doit passer cette case à cloche-pied, il doit passer son tour et revenir en case « terre » en laissant son caillou en case 3.

Si le joueur loupe son lancer de caillou il devra également passer son tour.

Comment gagner une partie de marelle :

Pour gagner à la marelle, le joueur doit atteindre en premier la case « ciel » en ayant effectué le parcours complet.

Excellent week-end à vous et à vos enfants !

———————————————————-

Vous voulez poser des questions ? Vous avez envie de commenter l’article ? Faites-le ci-dessous, s’il vous plaît ! Je vous répondrai avec plaisir.

Vous pouvez partager l’article, à votre guise, notamment au moyen de l’une des icônes situées ci-après ou avant le début de l’article. Je vous en remercie par avance.

Enfin, vous pouvez prendre rendez-vous, si nécessaire, au moyen du formulaire de contact qui se trouve non seulement en dessous de la bannière de ce blog, mais encore dans les rubriques « Venir en arbitrage » ou « Venir en médiation ».

Cotonou, le 06 octobre 2017

Elvire VIGNON, Avocate honoraire, Arbitre et Médiatrice

Mots-clefs : , ,

À propos Elvire VIGNON

Je vous aide à passer du conflit à la paix pour des affaires prospères par la convivialité, la confidentialité et la maîtrise des risques, dans le règlement de vos contentieux. Ces qualités vous sont offertes dans l’arbitrage et la médiation, processus faciles à mettre en œuvre. Vous pouvez vous accorder avec votre partenaire, pour cela, soit avant même la naissance du litige soit après la naissance du litige même lorsqu'une juridiction étatique a déjà été saisie. Le coût du processus, supporté à parts égales entre vous et votre partenaire, au début, vous met ainsi d'emblée sur le même pied d'égalité et renforce la qualité d'impartialité du médiateur ou de l'arbitre.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus